Ombeline

Tu écris sur les ombres
Et il t’en reste à peine sur les doigts
Alors imagine les couleurs des fleurs sombres
Si tu n’aimais plus les lois.

Tu dessines sur les pierres
Et il t’en reste à peine sur Toi
Alors je dessine moi sur de la terre
Imagine que c’est ma première fois

Ombeline idée noire du Soi
Que va tu laisser de moi ?
Des ivresses matinées de silences
Des mots chers que l’on dote de souffrances ?

Alors de ta peau la douceur
Mon plaisir fait naitre une peur
Celle du manque comme absence
Et de l’abandon comme délivrance.

Default image
Patrick Duquoc

Leave a Reply